- Il s'agit d'une malformation touchant les deux premières vertèbres cervicales (Atlas "C1" et Axis "C2").

- C'est une pathologie touchant les races miniatures et Toy: Yorkshire, Caniches, Pékinois, Shih-Tzu

- L'anomalie des vertèbres entraine une instabilité majeure qui a pour conséquences: douleurs cervicales et troubles locomoteurs d'origine neurologique.

- Le traitement est chirurgical et passe la par stabilisation des vertèbres, les résultats sont bons dans 90% des cas

Introduction

  • L'instabilité atlanto-axiale est une malformation des deux premières vertèbres cervicales (Atlas et Axis) qui entraîne une flexion excessive des vertèbres et un déplacement dorsal de la deuxième vertèbre cervicale (Axis). Ce déplacement entraine une compression du segment médullaire C2.

Anatomie Normale De la régions occipitale et de

l'articulation Atlanto-Axiale (C1-C2)

  • L'affection touche essentiellement les races toys, elle est souvent la conséquence d'une malformation de la seconde vertèbre cervicale (agénésie de l'apophyse odontoïde). A la faveur d'un petit traumatisme cervical le ligament intervertébral se rompt et une subluxation de C2 se produit. La subluxation entraine alors une compression du tissus nerveux dans le canal vertébral qui a pour conséquence de la douleur et des troubles neurologiques moteurs (ataxie avec para ou tétraparésie voire paralysie).

Agénésie de l'Apophyse odontoïde (Dent de L'axis) et

subluxation avec instabilité Atlanto-Axiale

  • Dans certains traumatismes cervicaux importants il peut se produire une fracture de l'apophyse odontoïde ayant les mêmes conséquences que l'absence de dent de l'axis.

Fracture de la dent de l'axis et Subluxations Atlanto-Axiale

 

Déroulement de l'intervention

L'intervention se fait sous anesthésie générale, elle consiste à stabilier les deux premières vertèbres cervicales. Il existe des techniques par abord dorsal ou ventral. la technique qui a actuellement la faveur d'une grand nombre de chirurgiens est l'arthrodèse par voie ventrale.

  • Le diagnostic se fait par la réalisation de radiographies de la région cervicale et éventuellement par scanner ou myélographie. La manipulation du rachis cervical doit se faire très prudemment en cas de suspicion d'instabilité atlanto-axiale afin d'éviter d'aggraver la compression médullaire.

Images myélograhiques montrant l'agénésie de la dent de l'axis et la compression medulaire.

  • L'intervention consiste après abord de la face ventrale de C1et C2 à abraser les surfaces articulaires de l'articulation atlanto-axiale et à visser entre elles les vertèbres afin de réaliser une arthrodèse intersomatique. Une greffe d'os spongieux est mise en place pour favoriser la consolidation de l'arthrodèse.

Aspect du vissage Atlanto-Axial en fin d'intervention

  • L'utilisation d'un amplificateur de brillance en per-opératoire permet un positionnement sécurisé des implants. Le risque principal de cette intervention est un positionnement vicieux des vis avec un risque important de lésion de la moelle épinière. Le contrôle fluoroscopique permet d'ajuster les vis dans leur corridor de pose avec une précision que la seule appréciation visuelle ne permet pas d'atteindre.

Radiographie post opératoire d'une stabilisation Atlanto-Axiale


Post-Opératoire et Résultats

  • Une minerve est laissée en place autour du cou du patient pendant deux à trois semaines. Les repas doivent être servis en hauteur durant cette période. L'exercice et les sorties doivent être strictement contrôlés pendant une période de 45 jours et le collier doit être remplacé par un harnais.
  • Les résultats à court moyen et long terme sont excellents dans 90% des cas. Les douleurs disparaissent dans les jours suivant l'intervention et les troubles locomoteurs en quelques semaines.

-L'arthrodèse atlanto-axiale reste une intervention délicate de neurochirurgie, les contraintes de placement des implants imposent sa réalisation par des chirurgiens expérimentés exerçant au sein d'établissements correctement équipés.

 

Complications éventuelles

- Indépendamment de la technique le risque d’accident à l’anesthésie, aussi faible soit il, reste non nul.

- Les infections du site chirurgical sont rares et généralement bénignes.

- Une collection séreuse peut se constituer sur le site chirurgical sans conséquence fonctionnelle.

- Le plus gros danger de l'intervention est l'effraction du canal medullaire par un implant et un traumatisme irréversible de la moëlle. Les conséquences sont alors catastrophiques et irréversibles. L'utilisation d'un amplificateur de brillance permet de réduire ce risque efficacement.