- L’exploration abdominale est une intervention à visée diagnostique et parfois thérapeutique.

- Les vomissements sont les premiers signes rencontrés dans une variété de maladies touchant le tractus digestif.

- Une fois l’intervention terminée, des soins intensifs sont nécessaires pour garantir une récupération optimale.

Introduction

  • La chirurgie de l’estomac et de l’intestin est fréquente. Les motifs d’intervention sur le tractus digestif incluent l’ingestion de corps étrangers, les tumeurs, les torsions intestinales, les intussusceptions, les dilatations, et la réalisation de biopsies intestinales. Différents examens diagnostiques sont réalisés auparavant afin de préciser la nature du problème.
  • Tout d’abord, une prise de sang est réalisée afin de déterminer si des anomalies hépatique, rénale, pancréatique ou électrolytique. Une numération-formule sanguine est réalisée pour rechercher des signes d’infection ou d’anémie. Des clichés radiographiques peuvent être très utiles pour indiquer l’existence d’un problème d’origine digestive. Néanmoins, ils ne donnent pas un diagnostic définitif et une échographie abdominale ou des radiographies avec produit de contraste peuvent être nécessaires.
  • Parfois ces examens ne permettent pas de conclure sur la nature du problème et une chirurgie exploratrice est nécessaire. Celle-ci peut être négative, les organes semblent tous normaux. Dans ce cas des biopsies sont réalisées car les lésions à l’origine des signes cliniques peuvent être microscopiques. Il peut paraître étonnant de ne rien trouver qui soit curable chirurgicalement, mais il vaut mieux explorer que d’ignorer un problème létal sans intervention. Heureusement, la plupart des explorations abdominales révèlent une affection opérable.

Signes de maladie gastro-intestinale

  • Les vomissements sont les premiers signes d’une multitude de maladies affectant le tractus digestif. Si une obstruction intestinale est présente, il n’y a généralement pas de diarrhée associée, bien que ce soit possible. Si le problème est aigu (comme l’ingestion d’un corps étranger, des vomissements aigus sont quasi systématiquement présents. Des signes chroniques comme des vomissements ou diarrhées intermittents, associés éventuellement a une perte de poids, peuvent être dus à une maladie inflammatoire ou tumorale.
  • L’âge peut donner une indication sur le type de problème. Les corps étrangers sont plus fréquents chez les jeunes chiens et les tumeurs chez les chiens plus âgés. Le problème sous-jacent d’un animal peut nécessiter une exploration abdominale et parfois des biopsies de différents organes.

Exploration abdominale et chirurgie gastro-intestinale

  • La décision de laparotomie exploratrice repose souvent sur un examen radiographique ou échographique. Ces examens sont souvent suggestifs d’un problème spécifique touchant l’estomac ou les intestins. La chirurgie est alors réalisée pour confirmer la suspicion. Parfois le remplissage gazeux anormal trouvé à la radiographie n’est pas du a une obstruction de l’intestin et aucune anomalie majeure n’est rencontrée. Dans ce cas, l’animal peut avoir une forme d’infiltration virale ou tumorale, ou une infection bactérienne. Des biopsies sont alors réalisées afin de rechercher ces pathologies.
  • Bien qu’il puisse être déroutant de ne rien trouver de chirurgical, il est préférable d’explorer l’abdomen que d’ignorer un problème létal sans intervention. Heureusement, la plupart des explorations abdominales révèlent une affection curable chirurgicalement.
  • Si un corps étranger est trouvé dans l’estomac ou les intestins, l’objet est ôté en pratiquant une incision à son niveau. Si une portion de l’intestin est en voie de nécrose du fait du corps étranger, il est alors nécessaire de retirer un portion de tube digestif.
  • Dans l’éventualité d’une tumeur gastrique ou intestinale, son retrait sera réalisé si possible.
  • Un tube d’alimentation peut être nécessaire, surtout chez les animaux en état de dénutrition lié a une pathologie chronique. Il est généralement retiré 10 jours plus tard si l’animal va mieux.

Soins post-opératoires et convalescence

  • Après chirurgie, des soins intensifs sont nécessaires pour garantir une issue heureuse. Des perfusions et antibiotiques sont administrés pendant au moins 24 heures.
  • Des antalgiques sont administrés pour le confort de votre animal. Une surveillance est maintenue afin de s’assurer que l’animal ne développe pas de péritonite (infection abdominale), surtout si le tube digestif a du être incisé.
  • La réalimentation est démarrée 24 heures après la chirurgie en fonction des vomissements.
  • La plupart des animaux vont mieux en 2 à 4 jours. La récupération est complète en 2 semaines, mais la cicatrisation des tissus prends plus de temps.
  • Une activité restreinte de 3 à 4 semaines doit être mise en place. Les balades être uniquement hygiéniques et en laisse, les jeux sauts et courses étant proscrits.
  • Si votre animal présente un cancer et qu’une chimiothérapie est nécessaire, elle est habituellement débutée 2 semaines après, parfois plus tôt. Elle se déroule classiquement en 5 traitements espacés de 2 à 3 semaines.

Complications possibles

- Comme lors de toute chirurgie, des complications peuvent survenir. Bien que rare, un décès lors de l’anesthésie peut survenir. Grâce à l’utilisation de protocoles anesthésiques modernes et d’appareils de monitorage (ECG, oxymétrie pulsée), le risque est minimisé.

- L’infection est une complication peu fréquente puisque des techniques de stérilité stricte sont utilisées pendant l’intervention et que des antibiotiques sont administrés péritonite est un trouble sérieux mais heureusement rare. Elle est due a un lâchage des sutures intestinales au niveau de l‘incision et a la présence de contenu digestif dans l’abdomen.

- La période a risque se situe entre le deuxiéme et cinquiéme jours postopératoires. Une chirurgie d’urgence est alors nécessaire.

- Une intussusception peut suivre la chirurgie abdominale. L’intestin s’invagine alors sur lui-même lors de la reprise du transit. Une réintervention est alors nécessaire.

- Si une portion tumorale d’intestin a été retirée, une récidive est possible. Des métastases peuvent également apparaître.